Vaccination contre la Covid-19

Vaccination contre la Covid-19 : Recommandations de la Société Sénégalaise de Cancérologie (SOSECAN)

S. Ka1 , MM. Dieng1, PM. Gaye2, AO. Touré3, B. Mbengue4, ME. Charfi1, S. Baldé1, J. Thiam1, M. Mané2, RD Niang5, D. Niang4, A. Dem1

1 Institut Joliot Curie de Dakar, Sénégal.
2 Service de radiothérapie, Hôpital de Dalal Jamm Dakar, Sénégal.
3 Service de chirurgie générale, Hôpital Aristide le Dantec de Dakar, Sénégal.
4 Service d’Immunologie, Hôpital Aristide le Dantec de Dakar, Sénégal.
5 Service de chirurgie générale, Hôpital Général Idrissa Poye de Dakar, Sénégal.

Le cancer est une maladie qui atteint tous les organes du corps humain. Et il a la particularité de disséminer à tout l’organisme. Il existe des cancers dit solides qui atteignent les organes pleins comme le sein, la prostate, le foie et des cancers appelés hémopathies malignes qui atteignent le sang, la moelle osseuse et les cellules du système immunitaire.

Le patient atteint de cancer est appelé à recevoir des traitements curatifs en vue d’une guérison complète ou palliatifs accompagnant toutes les étapes du traitement chez le malade qui peut guérir ou non. Ce qui implique les cas avancés et les patients en fin de vie.

Les traitements du cancer sont nombreux et les plus fréquents sont la chirurgie, la radiothérapie et les traitements médicaux telles que la chimiothérapie et les thérapies ciblées. Ces traitements interagissent avec la maladie mais aussi avec l’organisme du patient et peuvent modifier son état physiologique, immunitaire et nutritionnel.

La Covid-19 est une maladie virale respiratoire à expression systémique, contagieuse et potentiellement létale pour tous les patients mais avec un plus grand risque de décès chez les personnes présentant des affections qui les fragilisent comme les cancers. Elle entraine des complications dont les plus fréquentes sont une altération étendue de la fonction pulmonaire et une maladie thromboembolique.

Le cancer et ses traitements entrainent également une altération immunitaire, une atteinte pulmonaire fréquente et une plus grande susceptibilité à la maladie thromboembolique. Les patients présentant un cancer avancé et qui développent une Covid-19 sont susceptibles d’être diagnostiqués tardivement de leur Covid-19 et de s’aggraver rapidement, ce qui entraine une plus grande probabilité de décès.

Surtout en ce qui concerne les cancers du poumon, les cancers avancés et les hémopathies malignes.

La survenue d’une infection à la Covid-19 en cours de traitement anti cancéreux retarde la mise en œuvre ou la régularité de ce traitement.

Des efforts de recherche et de collaborations inédits ont permis de mettre au point et de valider des vaccins efficaces anti-Covid-19, mettant ainsi à disposition un moyen de prévention de la gravité et des décès liés à cette maladie en particulier chez les patients fragiles tels que ceux atteints de cancers.

Les vaccins régulièrement disponibles au Sénégal sont : un vaccin inactivé (Sinopharm™) et deux vaccins vecteurs viraux (AstraZeneca-Oxford™, Janssen™). A l’instar des vaccins à ARN (Pfizer-BioNTech™, Moderna™), ils ont pour objectif principal une induction d’une réponse et d’une mémoire immunitaire ciblant la protéine S indispensable au développement de la maladie liée au virus de la Covid-19.

Le mode d’administration est une injection qui n’interfère pas avec la mise en œuvre des traitements anticancéreux.

Le patient atteint de cancer peut se trouver à plusieurs états physiologiques et pathologiques selon le type de cancer, son stade d’évolution et le terrain associé (Diabète, VIH, cardiopathies, etc.).

Les traitements anticancéreux peuvent altérer le système immunitaire mais n’interfèrent pas avec le processus d’efficacité de la vaccination sauf dans de rares cancers impliquant dans leurs mécanismes des effecteurs du système immunitaire notamment les cellules B (anti-CD19, anti-CD20, CAR-T cells).

Ainsi la Société Sénégalaise de Cancérologie (SOSECAN) recommande que :

  1. Les patients atteints d’un cancer évolutif ou en rémission ou déclaré guéri soient vaccinés en priorité sans choix préférentiel du type de vaccin s’il est autorisé au Sénégal.
  2. Tous les patients recevant un traitement anti cancéreux en cours soient encouragés à la vaccination.
  3. La vaccination soit reportée si le patient atteint de cancer a été malade récemment de la Covid-19 ou si le patient a eu une greffe de cellules hématopoïétiques ou une thérapie cellulaire modifiée. Dans ce cas un recul de 3 à 6 mois est recommandé et est laissé à l’appréciation du médecin cancérologue.
  4. Pour les patients sous chimiothérapie, le monitorage obligatoire de la formule sanguine permette d’évaluer et de corriger les constantes et donc permette la vaccination en cas de normalisation du compte des globules blancs. Il est recommandé d’administrer la vaccination dans l’inter-cure plutôt qu’au début ou en cours d’administration (cure) de la chimiothérapie.
  5. Lorsqu’une chirurgie est programmée, que la vaccination soit décalée de quelques jours.
  6. Lorsqu’un curage ganglionnaire de l’aisselle a été effectué comme pour une mastectomie pour un cancer du sein ou une chirurgie pour un cancer du membre supérieur, que l’injection soit faite dans le bras opposé au curage ganglionnaire.
  7. Pour les patients en radiothérapie, la vaccination se fasse immédiatement et ne soit pas retardée.
  8. Les patients présentant des affections non curables et sous traitement palliatifs soient vaccinés sauf si une indication contraire, jugée sur le pronostic à court terme, l’altération de l’état général et des fonctions physiologiques, provient de leur médecin traitant.
  9. Il n’y a pas de préférences de vaccin en ce qui concerne les patients atteints de cancer au Sénégal. Mais si un vaccin à injection unique est disponible il doit être préféré pour les patients ayant eu un curage axillaire ou ayant une lésion maligne évolutive ou non sur le membre supérieur.

CONFLITS D’INTERET

Les auteurs n’ont déclaré aucun conflit d’intérêts.

PAR ET POUR LE PRESIDENT DE LA SOSECAN

Pr. Ahmadou Dem